J’ai testé la Dragonhawk hybrid Pen

Written by WANKR Club

Ok, en trainant sur le net, à la recherche de d’infos techniques liées au tatouage, je suis me suis retrouvé sur un site vendant du matos chinois. Je sais que ce type de matériel a mauvaise presse, mais c’est plus fort que moi, j’ai voulu tester par moi même et j’ai opté pour la Solong Pen.

Pour ceux qui ne sont pas au courant, le matériel de tatouage chinois a assez mauvaise réputation dans le milieux. Pourquoi? Pour la simple et bonne raison que le matos que l’on peut trouver sur des sites comme Aliexpress, Wish, ebay et j’en passe, sont souvent de pâles clones ou carrément de grosses contrefaçons de grandes marques. Et pour couronner le tout la qualité assez souvent médiocre. En clair, cette catégorie de produits est considérée comme étant l’usage de scratcheurs et vilains tatoueurs en herbes. Ce qui d’ailleurs donne souvent lieu à des carnages commis par quelques inconscients pensant que tatouer est une chose facile…

En réalité, tout est question de pratique et de capacité à s’adapter au matériel et agir intelligemment en fonction. C’est aussi con que ça.

Ceci dit, ayant débuté (comme beaucoup d’autres) sur ce genre de matériel à mes débuts, je suis assez bien placé pour dire que certaines de ces machines fonctionnent quand même pas mal. Pour preuve, mon premier kit acheté il y a 5 ans, fonctionne toujours. Ok, ça n’égalera jamais la qualité et la puissance de marques de première catégories comme Mickie Sharp, Cheyenne, Bishop ou autres.
D’ailleurs, loin de moi l’idée de me faire l’avocat du diable, mais il n’empêche qu’il me revient en mémoire une phrase prononcée par un pro lors d’une formation à laquelle j’ai assistée. Il disait : « Ce n’est pas la machine qui fait le bon tatoueur. » En clair, tu peux très bien posséder une bécane à 500 balles et faire de la merde et à l’inverse bosser avec du matos ultra bas de gamme et tout défoncer. En réalité, tout est question de pratique et de capacité à s’adapter au matériel et agir intelligemment en fonction. C’est aussi con que ça.

A l’allumage, les sensations sont plutôt bonnes : la machine est très silencieuse et ne vibre pas.

Du coup, j’ai voulu savoir ce qu’avaient dans le ventre les Pen rotatives (dermos en forme de stylo)  qui trainent un peu partout sur les sites cités un peu plus haut. 
Très vite je balance pour une Solong Pen aux alentours de 20 balles. Autant dire que le risque financier est modéré. Et puis son design me plait et elle n’a pas l’air trop pourrie. Je commande également un set d’aiguilles cartouches et le tours est joué. J’en ai pour 29 balles en tout. 10 jours plus tard, je suis livré (ben ouais, ça vient de Chine). Je file au studio pour tester la bête sur une session assez longue. J’ai donc préparé un motif assez complexe: Une statue grecque représentant le dieu Poseidon (un classique). Au menu, lignes fines, ombres dures et douces et un peu de remplissage. Le test idéal pour voir ce qu’elle a dans le ventre. Rassurez-vous, ce test s’est effectué sur peau synthétique d’entrainement et non pas sur peau humaine.

A l’allumage, les sensations sont plutôt bonnes : la machine est très silencieuse et ne vibre pas. Agréable au toucher et la prise en main est plaisante. L’aspect global de l’engin est assez soigné. On est loin des copies chinoises aux finitions dégueulasses. Très vite, dès les premières lignes, je me rends compte que la machine manque de patate. Les traits sont irréguliers, du coup, je ralenti mon geste et augmente le voltage (12 volts). Ça va mieux, mais partant du principe que je trace en 5rl, c’est à dire avec une aiguille fine, c’est un peu la moindre des choses. Du coups, le traçage des lignes principales se fait sans encombres. Concernant les ombrages, aucun soucis. La machine est souple et tourne à un voltage correcte (entre 9 et 10 volts).

poseidon
Premier test concluant du Pen Solong malgré quelque petits défauts d’ombrages sur portrait de Poseidon

Au bout de 4 heures, le tatouage est fini. Je suis assez satisfait même si pas mal de défauts inhérents au piquage sur silicone restent visibles. Je suis content de constater que la machine a tenu le coup sans chauffer.
Quelques ralentissements occasionnels en cours de séances qui à mon avis, laissent présager une durée de vie assez courte du moteur. Résultat des courses, ce genre de machines est idéale pour s’entrainer. Une personne désirant découvrir le tatouage (de façon raisonnable et responsable) pourra se faire une première approche sans se ruiner. Je n’ai testé cette machine que sur silicone. Pour l’heure, je n’ai aucune idée de ce que ça donne sur peau humaine. Certains le font et en sont assez satisfaits, notamment des pros (oui oui). Mais je préfère mettre le holà de suite. Si vous n’êtes pas expérimenté et croyez à tort que sous prétexte que ce matos est abordable et que c’est la fête du slip, vous vous plantez!
Je ne vais pas faire mon gardien du temple, mais la pratique du tatouage n’est pas quelque chose d’anodin ni de simple. La démocratisation du matériel ne fera pas du premier débutant venu, le prochain king du tatouage. Est il nécessaire de le rappeler? Oui!
Aujourd’hui « l’apprentissage » peut se faire beaucoup plus rapidement en glanant des infos sur youtube ou sur des groupes FB, mais on ne le répètera jamais assez : la pratique du tatouage est en réalité longue et laborieuse. Donc amis débutants, prenez votre temps et réfléchissez à deux fois avant de piquer l’avant bras de votre pote. Dessinez énormément ensuite vous pourrez passer sur peau synthétique ou peau de porc. Chaque chose en son temps, les gars.

Important : Je tiens également à préciser que j’ai commandé cette machine en guise de test. Le dénigrement systématique des produits chinois n’est pas toujours pertinent. Certaines de ces machines méritent que l’on s’y attarde car pas si dégueulasses. Certains, par « déontologie » refuseront catégoriquement d’acheter chinois, alors que de nombreuses marques pro de milieu de gamme sont assemblées là bas et ce, pour des prouesses techniques pas toujours au rendez-vous.
Pour ma part, j’utilise au quotidien des machines professionnelles non chinoises de marque Stigma et Storm. La Solong Pen  pourrait venir en renfort dans certaines conditions, on verra.
J’en profite également pour rappeler qu’acheter et utiliser sur peau humaine des encres ou produits liés à l’hygiène du tatouage sur des sites chinois relève de l’inconscience pure (pas les même normes, compositions douteuses…).



VERDICT

La Solong Pen est une assez bonne surprise. Bonnes sensations, bonne prise en main. Toutes les machines chinoises ne se valent pas, mais celle ci vaut très largement son prix. Il est clair qu’on est loin des machines haut de gammes présentes sur le marché, mais on s’en approche. En cas de pépin, vous pouvez vous assoir sur la garanti et le SAV. J’en testerai une autre sous peu. Un clone Cheyenne Pen qui semble un poil plus nerveux. Wait and see.

Positif :
Machine légère et agréable.
Très silencieuse, ne vibre quasiment pas.
Prix plus qu’abordable
Machine endurante
Idéal pour ombrage et petits remplissages
Parfait pour apprentissage
Compatible touts types de cartouches d’aiguilles

Négatif :
Un peu faiblarde sur le traçace (doit galérer à partir de 9RL)
Quelques ralentissements en cours de session (moteur sans doute pas assez robuste sur la durée)
Câble d’alimentation non RCA (voir photos)

Faites tourner :)

Comments: 1

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *